C’est l’histoire d’un employeur qui a (trop hâtivement ?) signé une lettre de licenciement…

C’est l’histoire d’un employeur qui a (trop hâtivement ?) signé une lettre de licenciement…

C’est l’histoire d’un employeur qui a (trop hâtivement ?) signé une lettre de licenciement…

Un employeur licencie une salariée et lui envoie donc un courrier en ce sens. Mais, à la lecture de cette lettre de licenciement, la salariée constate qu’elle est signée par « le responsable », sans mention d’un quelconque nom, avec une signature qu’elle qualifie d’illisible. Une circonstance qui rend le licenciement irrégulier, estime la salariée...

Ce que refuse d’admettre l’employeur pour qui l’absence du nom du signataire sur le courrier ne rend pas irrégulier le licenciement. Sauf, estime la salariée, si une signature illisible, précédée de la mention "Le responsable", ne permet pas d'identifier l'auteur de la lettre de licenciement, ce qui est clairement le cas ici…

Ce que confirme le juge : tant la mention « le responsable » que la signature illisible figurant sur le courrier ne permettent pas d’en identifier l’auteur, privant l’employeur de la preuve que l’auteur de la lettre disposait effectivement du pouvoir de licencier. Ce licenciement est donc sans cause réelle et sérieuse.


Arrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 16 juin 2016, n° 14-27154