C’est l’histoire d’un employeur qui reproche à un salarié d’avoir tenu des propos injurieux …

C’est l’histoire d’un employeur qui reproche à un salarié d’avoir tenu des propos injurieux …

C’est l’histoire d’un employeur qui reproche à un salarié d’avoir tenu des propos injurieux …

Un salarié tient, de manière récurrente semble-t-il, des propos injurieux et menaçants envers ses collègues de travail. Face à ce comportement, l’employeur décide de licencier ce salarié en retenant contre lui une faute grave, privative d’indemnités de licenciement.

Faute grave que conteste le salarié : il ne voit pas en quoi les faits qui lui sont reprochés présentent un degré de gravité tel que son maintien dans l’entreprise devient impossible, impliquant son départ immédiat de l’entreprise. Ce à quoi l’employeur lui rétorque qu’il ne peut pas prendre le risque de voir se renouveler son comportement agressif, même pendant la période de préavis…

… ce que valide le juge, reconnaissant l’existence d’une faute grave : face à l’agressivité et aux insultes proférées par le salarié, l’employeur, tenu d'une obligation de protection de la santé de ses salariés, ne peut effectivement pas prendre le risque de voir se renouveler, même pendant la durée limitée du préavis, un tel comportement.


Arrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 19 janvier 2017, n° 15-24603