C’est l’histoire d’un employeur qui reproche à une salariée un usage particulièrement intensif d’Internet…

C’est l’histoire d’un employeur qui reproche à une salariée un usage particulièrement intensif d’Internet…

C’est l’histoire d’un employeur qui reproche à une salariée un usage particulièrement intensif d’Internet…

Un employeur sanctionne une salariée qui se connecte trop souvent sur des sites web non professionnels pendant ses heures de travail (près de 10 000 connexions en 1 mois sur des sites de voyages, de vêtements, etc.). Un comportement excessif, pour l’employeur qui la licencie pour faute grave.

Une sanction excessive, pour la salariée qui estime l’employeur fautif : des connexions sur des sites non professionnels ne sont abusives que si elles contreviennent à ses obligations contractuelles. Or, elle n’a jamais eu de description de poste, ni de consignes claires de son employeur pour son travail. N’ayant pas de missions précises, elle occupait donc son temps en se connectant sur le net : faute d’obligations professionnelles, pas d’abus possible…

Non, estime le juge : malgré l'absence de définition précise de poste, l'utilisation d'internet à des fins personnelles pendant ses heures de travail est, ici, particulièrement abusive. La faute grave est caractérisée, et le licenciement justifié !


Arrêt de la Cour de Cassation, chambre sociale, du 26 février 2013, n° 11-27372