Estelle Le Bihan & Vincent Goldie #Développement et financement des entreprises

Depuis quelques années, le niveau de valorisation des entreprises augmente, porté par une croissance mondiale forte et des financements facilités.

— Estelle Le Bihan & Vincent Goldie #Développement et financement des entreprises

 

Vous accompagnez plus de 1000 entreprises dans la région. Quel est le climat général ?

VG : Chez HLP, nous accompagnons de nombreux Groupes de sociétés, PME et ETI. Globalement, l’année 2018 est marquée par un niveau d’activité soutenue, qui fait suite à une bonne année 2017. Nos clients sont portés par un climat de confiance général et une dynamique très porteuse en région Ouest, qui se traduit par une progression de leur niveau d’activité au cours de ces deux dernières années. Si nous notons quelques signes de ralentissement à venir dans certains secteurs, les perspectives 2019 restent bonnes, et nos clients se projettent facilement dans des plans de développement ambitieux : investissement, recrutement, croissance externe…

Quels sont les enjeux majeurs que vous observez aujourd’hui dans ces entreprises ?

ELB : Chez beaucoup de nos clients, les principaux enjeux sont avant tout humains. Avec un taux de chômage de 7,4 %, la Région des Pays de la Loire enregistre depuis plusieurs trimestres la meilleure performance en France. Pour les entreprises, cela engendre des difficultés à recruter, dans tous les métiers, à tous niveaux de compétences. Nos clients mettent de plus en plus l’accent sur la marque employeur et la qualité de vie au travail. Ils améliorent leur organisation et développent un management humain, pour fidéliser les équipes en place et attirer de nouveaux talents. Par ailleurs, au-delà de leurs propres équipes, les PME et ETI doivent aussi intégrer les difficultés de recrutement et de capacité à produire de leurs sous-traitants. Cette situation est particulièrement vraie dans les métiers du bâtiment.

VG : Experts-Comptables et Commissaires aux comptes, nous portons une attention toute particulière au financement de la croissance. Les DAF que nous rencontrons savent bien que si la croissance du chiffre d’affaires est un bon signal d’activité, il est primordial d’appréhender correctement toutes les évolutions de la trésorerie, en intégrant les charges de remboursement de prêt, l’accroissement du BFR (client, stock)… Lorsque l’entreprise se développe également par croissance externe, une construction équilibrée du plan de financement est indispensable, car les valorisations des entreprises se situent aujourd’hui à des niveaux particulièrement élevés, ce qui génère souvent des charges de remboursement importantes.

Quelles sont les tendances en matière de valorisation ?

ELB : Depuis quelques années, le niveau de valorisation des entreprises augmente, porté par une croissance mondiale forte et des financements facilités. Pour les PME, il n’est pas rare de constater des transactions réalisées sur la base de 6 à 7 fois l’EBTIDA normatif, voire 8 à 10 fois pour les PME qui évoluent dans des secteurs porteurs. Dans ce contexte, lors de nos missions d’audit d’acquisition , nous apportons une vigilance encore plus forte dans la détermination de l’EBITDA normatif. Cela se traduit par des temps d’écoute et d’échange avec l’entreprise sur son organisation, son environnement économique, sa clientèle et l’analyse de ses données financières. Les DAF avec qui nous travaillons apprécient notre regard d’experts indépendants, pour confronter leurs analyses et les partager avec leur direction.

Quels mécanismes de financement sont mis en place pour ces acquisitions ?

VG : Si les ratios bancaires relatifs à la capacité financière annuelle au regard de la charge de remboursement restent globalement inchangés, nous voyons apparaître depuis quelques mois des financements bancaires in fine. Cela se traduit par des financements de type LBO, intégrant la mise en place d’une tranche B, amortissable la huitième année, à des taux intéressants, et pouvant représenter jusqu’à 20% du financement bancaire. En complément de ces financements moyen-terme, la sécurisation des engagements court-terme est indispensable. Accompagnant plusieurs entreprises en difficultés financières, je mesure combien ce sujet est important. Une communication bancaire régulière est nécessaire pour éviter de vivre des situations compliquées.

ELB : Lorsque l’acquisition est significative, avec les niveaux de valorisation actuels, l’équilibre du plan de financement nécessite parfois un renforcement des fonds propres. Si l’arrivée d’un fond d’investissement est synonyme d’apport de cash, elle doit aussi permettre à l’entreprise d’adapter sa gouvernance et de bénéficier de l’expérience, du recul et des regards croisés qui naitront lors des échanges entre actionnaires.



  Et si on prenait rendez-vous ?

  Contactez-nous !

  Nous sommes à l’écoute de vos besoins.

logo hlp

Nous sommes un cabinet de conseil et d’expertise comptable implanté à Nantes depuis 1989.

Nous vous accompagnons dans tous les domaines stratégiques pour votre entreprise : comptabilité/fiscalité, financement de l’innovation, numérique, paie et ressources humaines, transformation d’entreprise, commissariat aux comptes.

Nous accompagnons votre développement au quotidien et sommes à vos côtés pour vous aider à aller toujours plus loin.

HLP sur les réseaux :

4

Associés

80

Collaborateurs

1500

+ Clients